01/08/2017

Dystopie avec Mausolées de Christian Chavassieux

Edition Mnémos




Descendu d'un ferrail brinquebalant, Léo Kargo pose son sac à Sargonne, une commune libre de l'Europe Ralliée établie après les terribles Conflits dont les destructions massives sont encore dans les mémoires de tous. L'un des hommes les plus célèbres de son temps, le richissime et controversé Pavel Adenito Khan l'a recruté pour s'occuper de son immense collection de livres, l'une des dernières bibliothèques au monde. Mais Kargo comprend rapidement que son embauche ne doit rien au hasard. Inquiet, il enquête... Et les questions, les rumeurs, nombreuses, surgissent... À propos des livres atteint d'une mystérieuse lèpre, sur la séduisante Danoo Forge, l'assistante du milliardaire étrangement surnommé le Diable. Et qui est cette fascinante et dangereuse Lilith, mi-femme, mi-machine qui rode dans la cité ?



La bibliothèque n’est pas tant le sujet principal ni central de cette histoire. Certains synopsis étaient donc bien incomplets, laissant présager une incompréhension de l’histoire. Il me fallut donc le corriger sur Babelio. Au final, la bibliothèque est un témoin intemporel presque silencieux, mourant, comme un juste symbole mais passons.


L’hôtel avait des allures de comtesse ruinée, avec juste assez de dédain pour faire face, un parfum bon marché et un brin de lassitude indifférente. Les odeurs étaient fades sans excès, les couleurs dissonantes sans morgue, tout avait été usé puis restauré en plus maigre et en plus pingre. Le veilleur de nuit qui accueillit Kargo portait un costume clinquant, rouge et brillant comme une laque, qui tranchait avec le décor fané qui l’entourait.



Mausolées est une dystopie fourmillante d’idées à l’écriture fine, ciselée et jouissive – surtout après l’une de mes dernières lectures sans style. Si l’intrigue avance lentement, nous sommes comme le personnage principal, à découvrir les tenants et aboutissants d’un passé qui éteint ses ramifications à travers une fin inéluctable. Ballotté, en quête d’identité, Léo transite de personnage principal à secondaire, plus passif qu’il n’est supposé l’être dans un tourbillon qui le dépasse, quand des eaux stagnantes de l’histoire remontent de vieilles querelles comme autant de vérités. 

Il y est question de guerres civiles, de cité état, de population vieillissante, de rédemption, de donner du sens à sa vie, d’enfantement, d’héritage, de sauver les traces du passé, de technologies plus évoluées, mais délaissées ou oubliées pour des questions éthiques divisant toujours…  Vacuité de l’existence et velléité. Des mots valises judicieusement choisis aussi. 

Un reflet assez convainquant de ce que pourrait devenir notre monde actuel en somme.

Une agréable lecture surtout pour la plume mettant en avant un univers extrêmement riche, plus que pour l’intrigue même dont la fin m'a quelque peu laissé sur ma faim. 

Il va néanmoins de soi que les autres romans de cet auteur - dont Les nefs de Pangée - rejoindront ma pile à lire prochainement !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire