11/05/2017

Œuvres classiques : Le portrait de Dorian Gray - Oscar Wilde




Ha Dorian Gray qui scandalisa l'Angleterre victorienne si bien pensante ! 



Tant de réinterprétations et d'adaptations aujourd'hui où la tendance est de toujours réunir différents personnages emblématiques de romans de cette époque, avec ce soupçon de brumes gothiques et de parfums presque romantiques, en omettant volontairement certaines morales ou philosophies pourtant bien présentes dans ces ouvrages-là.


Croit-on que Sire Wilde est démodé ? Non. Rétrospective au Petit Palais et MOOC sur l'auteur en 2016 qui fut certainement son année à titre posthume. Alors révisons nos classiques ! Année durant laquelle même Grasset a publié la version non censurée dudit ouvrage qu'il me tarde de redécouvrir sous - peut-être - un nouveau jour ?


Lui aussi m'a accompagné, il y a fort longtemps. J'ai jubilé face à cette écriture ciselée et l'ouvrage m'a marqué, utilisé souvent en référence dans mes activités de rôliste. Ce chef d'oeuvre sous forme de conte philosophique, que j'emporterai aisément sur une île déserte, pose plusieurs questions dont et avec cynisme. Sur l'art et la conscience. Après tout, peut-on vivre sans conscience ? Peut-on nier l'effet de nos mauvaises actions sur l'âme ? Peut-on vivre de manière abstraite à l'image d'une oeuvre d'art en fermant les yeux ? Peut-on enfin se mentir à soi-même ? Rédemption et repentir sont-ils possibles ?


Dorian Gray, si beau et si pur, encore jeune et malléable fait un vœu qui s'exauce et se laisse séduire par la facilité et le mal. Lui, entre deux feux, l'artiste et le tentateur, s'avilira jusqu'à s'égarer sans doute bien trop loin, jusqu'à l'acte final, l'ultime châtiment qu'il s'infligera à lui-même. A moins que ce ne fut qu'un juste retour dans l'ordre naturel des choses après l'avoir tant transgressé, à rebours ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire